Santé au travail : le gouvernement va devoir reprendre la main

Sale temps pour le paritarisme. Il y a cinq mois, syndicats et patronat échouaient à trouver un compromis sur l’assurance-chômage. Sur la santé au travail, sujet sur lequel ils avaient plutôt l’habitude de converger, une demi-journée a suffi pour qu’ils se séparent sur un nouveau constat d’échec. Et cette fois-ci, le gouvernement n’y est pour rien !

Près d’un an après la remise du rapport Lecocq , qui préconise un big bang dans l’organisation et les circuits de financements, sur le modèle de ce qui a été fait pour la formation professionnelle, syndicats et patronat s’étaient donné rendez-vous vendredi dernier pour tenter d’identifier des sujets pouvant nourrir une négociation interprofessionnelle. Las, l’exercice relevait de la quadrature du cercle, les syndicats n’ayant que peu goûté la position de départ du patronat .

« Inflexibilité patronale »

Sitôt terminés les échanges au sein du Conseil d’orientation des conditions de travail, le COCT, les cinq grandes confédérations ont réagi. « L’inflexibilité patronale sur la question du financement des services de santé interentreprises (les SSTI) a d’emblée fermé toute possibilité de construction d’un texte commun », ont-elles dénoncé dans un communiqué commun.

(Visited 30 times, 1 visits today)

Articles Recents

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x